Comment faire un raccord en plomberie ?

faire un raccord en plomberie

La plomberie est un élément essentiel de toute maison, qui permet d’assurer le bon fonctionnement des équipements sanitaires et du chauffage. Un raccord de plomberie bien réalisé garantit l’étanchéité, la solidité et la durabilité de nos installations, tout en évitant les dégâts des eaux.

Voici dès maintenant la technique pour savoir comment faire un raccord de plomberie avec succès, en suivant les différentes étapes de préparation, de montage et de vérification.

Les différents types de raccords en plomberie

Pour commencer, il convient d’apprendre à identifier les diverses sortes de raccords disponibles sur le marché, afin de choisir ceux qui sont adaptés à nos besoins et aux matériaux employés (cuivre, PVC, multicouche…).

Les raccords mécaniques

Les raccords mécaniques font partie des solutions les plus courantes en plomberie. On distingue notamment :

  • Les raccords à visser, comme les écrous, les bouchons ou les colliers de serrage.
  • Les raccords à compression (aussi appelés “olive”), qui assurent une connexion étanche grâce à un anneau en laiton ou en cuivre écrasé par un écrou.
  • Les raccords à emboîtement ou à sertir, qui nécessitent un outillage spécifique (pince à sertir) pour comprimer les éléments et réaliser une liaison solide.

Les raccords automatiques

Les raccords automatiques, tels que les raccords rapides ou les “Push-fit”, offrent une mise en œuvre simplifiée et un gain de temps appréciable. Ils conviennent particulièrement aux tubes en plastique (PEX, PER, PVC…) et présentent l’avantage d’être démontables et réutilisables. Leur principe est basé sur des joints toriques et des griffes de maintien qui assurent l’étanchéité et la tenue mécanique du raccordement.

Les raccords soudés

Enfin, les raccords soudés sont principalement employés pour les tuyauteries en cuivre, matériel très utilisé pour les installations sanitaires et de chauffage. Selon les cas, on optera pour une brasure tendre (à base d’alliage d’étain), une brasure forte (avec du cuivre-phosphore) ou un assemblage par soudo-brasage (en présence de métal d’apport).

La préparation du raccord de plomberie

Avant de procéder au montage du raccord, il est primordial de préparer minutieusement les surfaces à assembler, avec l’objectif d’assurer l’étanchéité et la résistance du joint.

Le coupage et le chanfreinage

La première étape consiste à couper les tubes à la longueur souhaitée, à l’aide d’une scie à métaux, d’un coupe-tube ou d’une pince à sertir. Pour éviter les bavures et les déformations, on effectuera ensuite un chanfreinage (rabotage des bords) à l’extérieur et à l’intérieur du tube.

Le nettoyage et le décapage

Dans le cas des raccords soudés, un soin particulier doit être apporté au nettoyage des surfaces de contact, qui doivent être débarrassées de toute trace de graisse, d’oxyde ou de saleté. On utilisera pour cela une toile abrasive, une brosse métallique ou un papier de verre fin. Le décapage, quant à lui, facilite la diffusion du métal d’apport lors de la brasure et renforce ainsi la qualité de la liaison.

L’assemblage du raccord de plomberie

Selon le type de raccord choisi, la méthode d’assemblage variera :

Visser, emboîter ou sertir

Pour les raccords à visser, il suffira d’emboîter les éléments et de procéder au serrage à l’aide d’une clé appropriée.

Concernant les raccords à compression ou à sertir, on placera l’olive ou la bague de sertissage sur le tube, puis on introduira celui-ci dans le corps du raccord jusqu’à ce qu’il bute. On procédera ensuite au serrage à l’aide d’une pince spéciale.

Souder ou braser

Le soudage ou le brasage, qui impliquent la fusion de matériaux métalliques à haute température (généralement autour de 800°C pour le cuivre), requièrent une certaine expertise et du matériel adapté.

Une fois les pièces nettoyées, décapées et préchauffées, on appliquera le métal d’apport à la juncture du tube et du raccord, en veillant à ce qu’il recouvre toute la zone d’assemblage. Après refroidissement et solidification, un léger polissage permettra d’éliminer les éventuelles résidus.

La vérification du raccord de plomberie

Pour s’assurer de la réussite de notre raccord de plomberie, il est crucial d’effectuer quelques contrôles. Selon les étapes précédentes, on vérifiera :

L’étanchéité

En soumettant nos installations à une pression d’eau, nous pourrons détecter les fuites éventuelles qui trahiraient une malfaçon dans l’assemblage.

La solidité

Il convient également de juger si le raccord possède une résistance suffisante aux contraintes mécaniques (traction, flexion…) et thermiques (dilatation).

Ainsi, grâce à ces conseils et techniques, nous serons en mesure de réaliser ou d’enlever un raccord de plomberie de façon efficace et durable, apte à répondre aux exigences d’une installation sanitaire ou de chauffage. La préparation, l’assemblage et la vérification sont les trois piliers pour garantir le succès de cette opération cruciale dans nos travaux de plomberie.

Vous pourriez aussi aimer